Les ancêtres de Sam – Partie 1

Sam, descendant de grands chefs.

Qu’on se tourne du côté maternel ou paternel, Samuel, Heitekava, Piirani serait un descendant de deux familles royales, de grands chefs. A voir son physique de guerrier, je vous dirais que je m’en doutais !
Partie 1  : Son papa, Tipulisio, est wallisien mais l’origine de sa famille est futunienne.

sam maraePetit exposé historique pour retrouver ses origines :

Daniel Frimigacci, dans son ouvrage d’ethnoarchéologie « Au temps de la terre noire », ainsi que Frédéric Angleviel, dans « Les missions à Wallis et Futuna au XIXe siècle » évoquent l’origine de la famille Folituu.
Tout commence par une légende : à Futuna, on raconte que Lupe, la déesse du Sau, après avoir été rejetée une première fois par le futur chef qu’elle avait choisi, apparu une seconde fois pour s’incarner en la personne de Folituu.

D’un point de vue plus historique, Daniel Frimigacci explique que Futuna fut peuplée environ 700 ans avant JC, ce fut le début de l’occupation du littoral. Au milieu du premier millénaire de notre ère les vallées et les plateaux furent progressivement occupés par unités organisées par parenté. A cette époque, apparaissent les premiers « kutuga» (ancêtre prestigieux), notamment Folituu à Toloke. Vers 1800, c’est un Folituu, qui règne à Sigave.
Plus tard, des Folituu ont quitté Futuna pour s’installer à Wallis. Dans la famille on raconte qu’ils ont dû fuir après l’assassinat d’un autre Ariki (chef). Historiquement, on retrouve effectivement la trace d’un grand chef, Veliteki, tué par un Folituu alors qu’une guerre de territoire fait rage entre 1812 et 1840.
Frimigacci raconte également que les restes de la fille d’un chef avaient été retrouvés dans le fale (maison) des Folituu : un bras qui n’avait pas été mangé ! Après tout, c’est peut-être cela la raison de leur départ précipité ….

Partie 2 à suivre …. Sa maman, Mesmine Amaru, est née à Makatea aux Tuamotu, mais son arbre généalogique la relie à l’île de Mangaia aux îles Cook et à la chefferie des Numangatini.

Cet article est également disponible en : Anglais

Les commentaires sont fermés